Archives de la catégorie ‘Animaux’

Cepaea Nemoralis – escargot des bois ou des haies

Sunday 4 September 2011

Cepaea Nemoralis - escargot des bois ou des haies
Effet Lomo

Escargot – petit fainéant

Thursday 1 September 2011

Escargot -petit faignant
Helix pomatia (Linne 1758) — escargot de Bourgogne

Sauver le bœuf

Thursday 16 June 2011

De nos jours, la vérité est rarement exprimé de manière claire c’est même le contraire. C’est souvent de maniere abscons que l’on tente de rassuré le consommateur.

Dans les années 70, la vérité ne faisait pas peur, on disait les choses comme elles étaient.

Vous avez toujours voulu savoir tout sur la viande, l’élevage, la recherche, …

Sortez vos sacs à miam-miam et bon appétit.

Film assez hard, personnes sensibles passez votre chemin.

Puis la côte de bœuf, pour moi, c’est un aller-retour.

Le sang des bêtes

Thursday 19 May 2011

Cela date de 1949, pas de commentaire mais un cœur bien accroché.

«Le Sang des bêtes» est un film documentaire de Georges Franju sorti en 1949.
Montrant la mort des animaux dans les abattoirs parisiens de la Villette et de Vaugirard, ce film vériste1 est un des documentaires les plus directs sur cet univers de travail.

  1. naturaliste, réaliste

Échappée à la tondeuse

Tuesday 26 April 2011

Échappée à la tondeuse
J’aime bien dans mon jardin, c’est de croiser plein d’animaux, cane, canard, œuf éclos, hérisson, renard, … ici une grenouille que j’ai évité avec la tondeuse.

La terre, c’est bon, mangez-en

Tuesday 5 April 2011

Pendant que je bêche le jardin, la chienne mange la terre.
La terre, s'est bon, mangez-en
Reste de terre sur les gencives inférieures, avant c’était la gueule entière qui était … pleine de terre

La marmotte

Monday 22 November 2010

Ces photographies datent du 21 août 2009.
La marmotte, car c’est la seule vue pendant tout mon séjour, d’ailleurs, ce fut le seul animal rencontré
La marmotte à l'Aiguille-rouge
Canon EOS 500D Exp : 1/500 f : 5.6 Long f : 300 mm ISO 100

La marmotte à l'Aiguille-rouge
Canon EOS 500D Exp : 1/400 f : 5.6 Long f : 300 mm ISO 100

Je possédais depuis peu mon Canon et je travaillais en jpg, alors que maintenant je ne fais que du RAW (CR2)

Procès, condamnations, excommunications des animaux

Monday 22 February 2010

Il fut un temps en France où des tribunaux prononçaient des condamnations contre des animaux prévenus de certains délits, et où l’autorité ecclésiastique lançait les foudres de l’excommunication contre des insectes nuisibles. Cet usage de la justice divine et humaine peut paraitre de nos jours farfelue, pendant longtemps peu de gens y accordèrent foi, mais des documents authentiques ne permettent plus de douter sur cette réalité. Pendant une assez longue période du moyen âge, la pensée de soumettre à l’action de la justice tous les faits condamnables, de quelque être qu’ils provinssent, loin d’être ridicule, cette idée a été largement répandue.
Barthélemy Chassanée, célèbre jurisconsulte du XVIe siècle, a composé plusieurs conseils, dans le premier, après avoir examiné les moyen de citer en justice certains animaux, il recherche qui peut légalement les défendre et devant quel juge ils doivent être amenés.

Il se fit également connaître, en défendant les rats du diocèse d’Autun. Il sut montrer dans cette circonstance tant d’éloquence et d’habileté que ce procès lui valut une grande célébrité. C’est ainsi que l’assignation étant régulière en la forme, il obtint pourtant qu’on l’annulât sous prétexte que, l’action intentée intéressant tous les rats, il était illégal d’en citer seulement quelques-uns. Adoptant ses motifs, le juge enjoignit de réassigner les rats par l’entremise des curés de chaque paroisse d’Autun, à l’aide d’une publication faite au prône. Fier de son succès, Chassanée ne s’arrêta pas là. Il parvint à démontrer que les délais pour comparaître, quoique considérables, n’étaient pas encore suffisants, il s’étendit sur la distance, véritablement longue, pour les courtes pattes de ses clients ; il supputa les difficultés du voyage ; montra les chats du voisinage guettant leurs proies ; indiqua les tours et détours nécessaires. Bref sur ce point aussi il eut gain de cause et l’on prorogea le terme de la comparution.

Extraits de condamnation, procès, excommunications :

    1120 – Mulots et chenilles excommuniés par l’évêque de Laon.
    1266 – Pourceau brûlé à Fontenay-aux-Roses, près Paris, pour avoir dévoré un enfant
    1386 – Truie mutilée à la jambe, à la tête et pendue, pour avoir déchiré (déchiqueté) et tué un enfant, suivant la sentence du juge de Falaise.
    1394 – Porc pendu pour avoir meurtri et tué un enfant, en la paroisse de Roumaigne, vicomté de Motaing
    1404 – Trois porcs suppliciés à Rouvres, en Bourgogne, pour avoir tué un enfant dans son berceau
    17 juillet 1408 — Porc pendu à Vaudreuil pour un fait de même nature, conformément à la sentence du bailly de Rouen et des consuls, prononcée aux assises de Pont-de-l’Arche tenues le 13 du même mois.
    24 décembre 1414 – Petit pourceau traîné et pendu par les jambes de derrière, pour meurtre d’un enfant, suivant sentence du mayeur et des échevins d’Abbeville
    14 février 1418 — Autre pourceau coupable du même fait et pendu de la même manière, en vertu d’une sentence du mayeur et des échevins d’Abbeville.
    Vers 1456 — Porc pendu en Bourgogne pour une cause semblable.
    10 janvier 1457 — Truie pendue à Savigny pour meurtre d’un enfant âgé de cinq ans
    1473 — Pourceau pendu à Beaune par jugement du prévôt de cette ville, pour avoir mangé un enfant dans son berceau.
    1474 — Coq condamné à être brûlé (avec son œuf) par sentence du magistrat de Bâle, pour avoir pondu un œuf, C’est ma préféré
    1488 — Becmares (espèce de charançons) Les grands vicaires d’Autun demandent aux curés des paroisses environnantes de leur enjoindre, pendant les offices et processions, de cesser leurs ravages et de les excommunier.
    10 avril 1490 — Pourceau pendu pour avoir meurdri (tué) ung enffant en son bers (berceau). Le Livre rouge d’Abbeville, qui mentionne ce fait, ajoute que la sentence du maire d’Abbeville fut prononcée par ce magistrat sur les plombs de l’eschevinage, au son des cloches, le 10me jour d’avril 1490.
    14 juin 1494 –Sentence du grand mayeur de Saint-Martin de Laon qui condamne un pourceau à être pendu pour avoir défiguré et étranglé un jeune enfant dans son berceau
    1497 — Truie condamnée à être assommée pour avoir mangé le menton d’un enfant du village de Charonne. La sentence ordonna en outre que les chairs de cette truie seraient coupées et jetées aux chiens; que le propriétaire et sa femme feraient le pèlerinage de Notre-Dame de Pontoise, où étant le jour de la Pentecôte, ils crieraient: Merci! de quoi ils rapportèrent un certificat.
    1499 — Un taureau est condamné à la potence (pendu), par jugement du bailliage de l’abbaye de Beaupré (Beauvais) pour avoir tué un jeune garçon.
    18 avril 1499 — Sentence qui condamne un porc à être pendu, à Sèves, près Chartres, pour avoir donné la mort à un jeune enfant.
    1540 – Pourceau pendu à Brochon, en Bourgogne, pour un fait semblable, suivant sentence rendue en la justice des chartreux de Dijon.
    1554 – Sangsues excommuniées par l’évêque de Lauzanne, car elles détruisaient les poissons
    20 mai 1572 — Sentence du maire et des échevins de Nancy qui condamne un porc à être étranglé et pendu pour avoir dévoré un enfant à Moyen-Moutier.
    1585 — Le grand vicaire de Valence fait citer les chenilles devant lui, leur donne un procureur pour se défendre et finalement les condamne à quitter le diocène
    1690 — En Auvergne, le juge d’un canton nomme aux chenilles un curateur, la cause est contradictoirement plaidée. Il leur est enjoint de se retirer dans un petit terrain (indiqué dans l’arrêt) pour y finir leur misérable vie.

Sources :

Le magasin pittoresque sur Gallica
Curiosités judiciaires et historiques du moyen âge. Procès contre les animaux sur Guttenberg


Get your own free Blogoversary button! Classement général

Google Analytics Alternative

Clicky